Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Voila vingt quatre ans que je suis, vois et entend…

Quelques secondes dans la journée de la vie,

Un lapse de temps que certains n’ont pas pu vivre

Parti trop tôt comme les préceptes d’antan,

Inconnu pour les générations qui vont suivre

Ne faisant surface qu’à la mort des grands noms,

Ceux aux fronts plissés et aux corps épuisés 

Des croisades trempées par le sang des hommes.

Combats où coulait à flot le sans de l’âme

Imprimé sur les pages des livres d’époques

Boudés par mes pairs que je blâme.

Le savoir ne demande qu’à être puisé 

Au sein des puits creusés par les mains de nos pères,

Mais nous préférons regarder par la fenêtre

Parcourir le monde sur le même siège 

Sans rétroviseur ni carte ou autre repères.

Nous ne savons même pas ce que l’on ignore

L’esprisonnier dans une illusion véridique,

Décharge d’endorphine et lumière de l’or

Ravagent les cerveaux, l’existence et violent 

L’oisiveté pour quelle enfante d’autre fils.

 

 

Voila vingt quatre ans que je suis, vois et entend

Quelques secondes dans la journée de la vie,

Un lapse de temps pour un soupçon d’expérience

Sans avoir pris le temps de regarder derrière.

Honte à moi vous, nous sommes dans le même sac,

Nourrit au grain transgénique made in Taiwan,

Semence capitaliste euroïnoman

Accro de père en fils et de pair va le vice.

Sauvegardé sur une disquette d’Amstrade,

Le souvenir des grands va bientôt disparaître,

Valeurs et droits fondamentaux sont obsolètes.

Les hommes contemporains prônent l’anarchique,

Le vulgaire, le destructif, le violent, le sale…

L’or du respect d’avant est maintenant en toque.

Courant comme des dératés sans boussole

Pressé de s’précipiter dans l’précipice

Il semble que les derniers nés soient pris au piège

Enlisé dans la propagande occidentale.

Automatisation, informatisation,

Progrès technique et croissance économique

Asphyxient l’homme et la planète qui le porte.

 

 

Voila vingt quatre ans que je suis, vois et entend

Quelques secondes dans la journée de la vie,

Un lapse de temps pourtant, tant de choses changent.

Today les culottes courtes jouent les vandales,

Petit refrè fume pour paraître plus grand

Le diep au planché sans permis sur la rocade.

Toujours plus vite, toujours plus loin, toujours plus haut

De plus en plus tôt ils deviennent client pour 

SMS, MMS, MSN, MST,

Ils agiss, réfléchiss, réaliz é pleurnich…

La télé montre des scènes atroces mais 

La fiction rougie face à la réalité.

Les pervers s’affirment revendiquent des droits

Au nom d’une liberté désorienté.

Le voilier de la raison dérive égaré 

Sur la mer de pétrole de leurs idées noires.

Spectacle désolant pour les générations 

Futurs prenant des aires d’oiseaux mazoutés

Manger, boire, jouir encor et encor on consomme

La terre on consume pour la gloire, le pouvoir…

Plaisir devenu supplice sans qu’on le voie

La mort comme monnaie mondiale tout s’achète,

Certains font fortune au sein des pays pauvres

D’autres croulent sous les dettes dans les pays riches…

 

 

Voila vingt quatre ans que je suis vois et entend

Quelques secondes dans la journée de la vie,

Un lapse de temps, un extrait d’apocalypse.

Il est fini le temps des luttes honorables,

Il est bien loin le temps des glorieuses années,

Après la lumière il semble que l’on explore 

Le coté obscure de nos esprits malades.

La science nous force à pourrir sur nos deux pieds

Dans un fauteuil ou un lit condamné à vivre.

Le contre nature s’impose toujours plus

Des kemè s’enchaînent, des X se muent en Y,

C’est son créateur que la créature toise.

Exaspérée par le nombre et notre illogisme

La terre finira par nous assassiner

Mais il faudrait que l’on lui en donne le temps.

Les sociétés actuelles semblent suicidaires,

 Les mots et les actes contemporains reflètent

L’avancé de l’infection qui souille le monde…

En ces jours sombre où la guerre agit comme une

Chimiothérapie contre le cancer humain

La lumière semble nous venir des ténèbres.

 

 

CN

 

 

hr giger deathbearingmachine I 

RH GIGER    

Partager cette page

Repost 0
Published by